Droits du personnel

Droit syndical 

Article  5  

En  vigueur  étendu

Dernière  modification  :  Modifié  par  Avenant  du  16  février  2006  BO  conventions  collectives  2006-15  étendu  par  arrêté du  20  octobre  2006  JORF  1er  novembre  2006.

L’observation des lois s’imposant à tous les citoyens, les parties contractantes reconnaissent la liberté  d’opinion, ainsi que le droit pour tous d’adhérer librement et d’appartenir à un syndicat professionnel  constitué en vertu du livre IV du code du travail.

Les employeurs  s’engagent à ne pas prendre en considération le fait d’appartenir ou de ne pas appartenir à  un syndicat, ou l’exercice d’une activité syndicale, pour arrêter leur décision en ce qui concerne notamment  l’embauchage, la conduite et la répartition du  travail, la formation professionnelle, l’avancement, la rémunération et l’octroi d’avantages sociaux, les mesures de discipline ou de congédiement.

Si l’une des parties contractantes conteste le motif de licenciement d’un ouvrier, employé, agent de maîtrise ou cadre,comme ayant été effectué en violation du droit syndical ci-dessus rappelé, les 2 parties  s’emploieront à connaître les faits et à apporter au cas litigieux une solution équitable.

Cette intervention ne fait pas obstacle au droit, pour les parties, d’obtenir judiciairement réparation du  préjudice subi.

L’exercice du droit syndical ne doit pas avoir  pour conséquence des actes contraires aux lois.

Délégués du personnel 

Article  6  

En  vigueur  étendu

Dernière  modification  :  Modifié  par  Avenant  du  24  mars  1987  étendu  par  arrêté  du  21  juillet  1988  JORF  30 juillet  1988

Les conditions de désignation et leurs attributions sont déterminées par les lois et règlements en vigueur, soit  les articles L. 421-1 et suivants du code du travail. Pour les entreprises de moins de 11 salariés, on se référera  à  l’article L. 132-30 du code du travail en vigueur.

En outre, dans les établissements n’occupant pas au moins 10 salariés, le ou les travailleurs auront la faculté sur leur demande de se faire assister d’un représentant de leur syndicat.

Comités d’entreprise, d’établissement, de groupe 

Article  7  

En  vigueur  étendu

  1. – Comités d’entreprise

Dans les établissements occupant au moins 50 salariés, il sera constitué un comité d’entreprise conformément  aux dispositions légales. Le financement est déterminé conformément aux dispositions des articles L. 432-9  et L. 434-8 du code du travail.

La subvention de fonctionnement du comité d’entreprise est d’au moins 0,2 % de la masse salariale.

  1. – Comités d’établissement et comités centraux d’entreprise

Il est fait application des articles L. 435-1 et suivants en ce qui concerne la création éventuelle d’un comité central d’entreprise et d’un comité d’établissement

  1. – Comités de groupe

Il est fait application des articles L. 439-1 et suivants du code du travail en ce qui concerne la création  éventuelle d’un comité de groupe.

Temps partiel 

Article  8  

En  vigueur  étendu

Les horaires de travail à temps partiel peuvent être pratiqués après avis du comité d’entreprise, ou à défaut,  des délégués du personnel.

En l’absence de représentation du personnel, les horaires de travail à temps partiel peuvent être pratiqués,  sous réserve que l’inspecteur du travail en ait été préalablement informé.

Le chef d’entreprise communique 1 fois par an au comité d’entreprise ou, à défaut, aux délégués du personnel  un bilan de travail à temps partiel effectué dans l’entreprise portant notamment sur le nombre, le sexe et la  qualification des salariés concernés. Le bilan est communiqué aux délégués syndicaux. Le chef d’entreprise explique, lors de ce bilan, les motifs qui l’ont amené à refuser à des salariés à temps complet de passer à  temps partiel ou inversement.